31 janv. 2015

Loin des yeux mais collée au clavier // garder le contact malgré la distance

Le plus dur depuis que je vis à l'étranger (outre l'adaptation à la nourriture, je tuerais littéralement pour une bouchée à la reine), c'est de devoir me passer de mes potes et de ma famille sur de longues, très longues périodes. Garder le contact avec ces gens que j'adore est parfois délicat, surtout avec 9 heures de décalage horaire. J'ai pris de nouvelles habitudes.




Tendance connectée


  • Les mails
La méthode la plus personnalisée mais aussi la plus chronophage, qui demande d'avoir quelques heures devant soi et un bon café. Le taux de retour est excellent, même pour les mails groupés en ce qui me concerne. Réécrire plusieurs fois la même, c'est un rien longuet quand même, vive le mail groupé.

Autre utilité non négligeable : envoyer des liens vers des articles drôles, une paire de chaussure trop canon sur sarenza, des images ou vidéos d'animaux trop chou, ou version ultime, d'animaux trop chou avec des bébés. C'est l'usage que nous avons adopté, ma soeur et moi. On peut passer des heures au téléphone, mais les mails-fleuve, c'est pas trop notre truc. On veut du direct et de l'efficace.


  • Facebook
Triple avantage : de l'info à double sens, avec tout le monde et une certaine interaction. Je poste des photos, je vois des photos, tout bénef'. C'est un peu mou du genoux quand même, on poste une photo, on ajoute une phrase de commentaire, mais ça envoit une petite piqûre de rappel : j'existe et j'aime bien savoir ce que vous faites les copains. En bonus, depuis que je me suis inscrite, c'est à dire juste avant mon départ, j'ai pû reprendre contact avec des amis perdus de vue. Top.


  • Le blog
Garder le contact est une des raisons de sa création. Le hic : c'est à sens unique : mes proches savent beaucoup de choses de ma vie ici mais moi, je ne sais pas grand chose de la leur, même s'ils commentent très souvent (quoi que les commentaires de Kashel sont rares en ce moment... je dis ça, je dis rien...)


  • Les rendez-vous skype
Rien de tel que de voir la tronche de son interlocuteur, même tout pixélisé, sous un angle peu flatteur et avec quelques kilos vituels en plus. Décalage horaire oblige, mieux vaut prendre rendez-vous, tant pis pour la spontanéité. Encore faut-il que les intéressés se pointent ensuite à l'heure décidée, contrairement à mes parents qui sont des skipers flaky.


  • Le plongeon dans le XXIème siècle : le smartphone
En arrivant aux Etats-Unis, j'ai fait ma révolution technologique. Exit le vieux téléphone dont la seule option était de prendre des photos de la taille d'un timbre poste et en qualité 2 pixels. Place au tactile, au smartphone et à la 3G. Comment ai-je pû m'en passer pendant toutes ces années ? Mystère. 

A moi toutes les applications de papotage gratuites : viber, what's app, facebook messenger. Viber a ma préférence, je commence toujours la journée avec un petit message débile de ma soeur, qui me fait marrer pour quelques heures ("tu te souviens des Poetic Lovers ?"). C'est simple, spontané, nomade. En plus de ça, mon viber prend souvent l'initiative d'appeler la personne avec qui je textote, du coup on embraye sur une conversation de vive voix et ça c'est super cool.



Tendance vieux jeu


  • Les cartes postales et les lettres
Recevoir une carte postale me fait toujours plaisir, même s'il n'y a que deux phrases bateau écrites au dos, c'est toujours sympa de savoir qu'on a pensé à moi.  En vacances, j'envoie toujours des cartes postales, mais je n'ai pas le réflexe pour les anniversaires ou autres événements. Cette année, j'ai été gâtée. En version "j'ai plein de trucs à raconter", il y a la lettre. Délicieusement désuette, elle met une bonne dizaine de jours à traverser l'océan, du slow communicating que j'apprécie.


  • Les colis
Sans doute l'option la plus coûteuse mais aussi la plus délicieuse. On n'a jamais mangé autant de chocolat que cette année (même pas peur d'importer des Kinder Surprise). Dans l'autre sens, ça me permet d'être un peu présente aux événements que je rate, comme la naissance du bébé d'une copine ou noël en famille, en envoyant des cadeaux.




  • La visite en personne
Le must. À notre départ, les promesses de visites pleuvaient, "on viendra vous voir", "on sait où aller en vacances maintenant", mais je n'y ai pas cru une seconde. Je ne doutais pas de la bonne foi de mes potes,  mais je connais les tarifs des billets d'avion, surtout pour les familles, les longues heures de vol, le décalage horaire... Je ne m'attendais donc pas à recevoir de visite et je ne leur en veux absolument pas de ne pas être venu. Ma soeur et mes parents ont fait le déplacement, et même ça, je n'y croyais pas trop au départ. C'est toujours super chouette de recevoir de la visite, même si je me mets la pression des mois avant pour trouver des activités, des endroits où les emmener (ça ne manque pas !). Objectif : zéro ennui. De toute façon, on a tellement de trucs à se raconter qu'on ne s'ennuit pas.








6 commentaires:

  1. Attends quoi... QUOI! Tu as cédé au mal, à l'abjection, au... au smartphone !!! Je vais pas m'en remettre sérieux, du coup PG et moi, nous sommes les derniers irréductibles!
    Pour les bouchées à la reine, t'as déjà pris rendez-vous avec ta mozeur ou ta granny? Sinon, je veux bien m'y coller hein, mais comme souvent ce genre de choses c'est meilleur quand c'est fait par la famille (encore que...!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis faible que veux-tu ... Mais je vous admire et vous encourage ! Résistance !
      Pour les bouchées à la reine, j'ai pas réservé de table encore, mais je pense que ma mutti s'y collera avec joie, elle exulte rapport à mon retour. Je te tiens au jus dès que je suis en ville.

      Supprimer
  2. Bon même si je n'ai pas le problème des 9h de décalage horaire (juste 1^^ ça suffit parfois à se gourer d'ailleurs) c'est sûr que ce n'est pas toujours évident de rester en contact, autant qu'on le souhaite du moins... et on loupe des choses... Du coup quand on voit nos gens, wahou ça fait un bien fou ! :)

    RépondreSupprimer
  3. Ah ah garder contact, ce "challenge permanent" :) C'est vrai que ça demande du temps et de l'énergie ! Petit témoignage pour te permettre de relativiser ton dernier point : nous, on a eu beaucoup de visites la première année, très cool et en même temps, parfois compliqué à gérer car les gens ont souvent envie de tout voir en Californie et qu'on ne peut pas forcément faire "guide touristique de la Californie entière" à chaque fois ;)

    RépondreSupprimer
  4. Coucou! Il va me manquer ce blog,j'y fais un petit tour tout les jours!Bisous de Kaschel!

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir,
    Je confirme, le plus dur lorsque l’on part vivre à l’étranger, c’est la distance. Être loin de ses proches peut parfois être un point bloquant. Perso, j’ai vécu ça également… Je sais très bien ce que c’est ! Heureusement qu’il y a Facebook ! :)

    RépondreSupprimer